La petite boutique des rêves / Roopa Farooki / Gaïa Editions, 2012

Corner shop, Roop Farooki, 2008 Traduction Jeremy Oriol

 

Farooki

Biographie de l'auteur

Roopa Farooki est née au Pakistan en 1974, d'un père Pakistanais et d'une mère Bengali.

Elle déménage au Royaume-Uni à l'âge de sept mois, et grandit dans le centre de Londres.

Elle partage sa vie entre le sud de l'Angleterre et le sud-ouest de la France.

Après le bel accueil de son premier roman, Le choix de Goldie, voici La petite boutique des rêves.

 

Présentation de l'éditeur

Lucky est un jeune garçon de quatorze ans qui rêve de faire gagner la coupe du monde de foot à son équipe. Son père Jinan, d'origine bangladaise, est un brillant avocat. Sa mère Delphine est française. Après une belle carrière dans le marketing, elle vit dans une aisance que toutes ses amies lui envient mais qu'elle trouve terne.
Son plus grand malheur serait-il d'avoir réalisé ses rêves trop tôt ? Delphine n'oublie-t-elle pas un peu vite Zaki, son truculent beau-père, qu'elle a connu bien avant Jinan et avec lequel la vie se parait des feux de la passion ? Zaki, le joueur, l'ours tendre, qui tient au coin d'une rue la petite boutique où Lucky vient se réfugier avec ses rêves.

Ce que j'en pense

Il est des bouquins où il faut s'accrocher pour aller jusqu'au bout, Le complot contre l'Amérique était un de ceux là malgré d'évidentes qualités. Il en est d'autres où on regrette déja, à mis parcours, de devoir quitter des personnages si attachants... 360 pages seulement.

Le premier chapitre est un joyeux bazar : entre les personnages, les retours en arrière, les digressions, les relations complexes, on se demande où on est tombé. Mais très vite on se rend compte que ce livre est une petite merveille.

C'est une découverte récente à la petite médiathèque de Collioure : j'ai été très attiré par le titre et un peu par la couverture. Après coup, je me suis aperçu que j'avais entendu parler de ce livre il y a quelques semaines sur France Culture, où l'auteure avait été invitée et gentiment "mise en boîte" à propos des relations incestueuses de Delphine, l'héroïne. Elle a connu Zaki et sa petite boutique, pour épouser ensuite son fils Jinan, et retrouver Zaki quelques temps après, créant une situation "compliquée"...

Et pourtant, malgré le côté scabreux les relations et les caractères sont décrits avec délicatesse.

Le titre original ne serait-il pas un hommage au film de Ernst Lubitsch, The shop around the corner, Rendez vous en version française) ?  Voir ICI

L'auteure est un peu jeune pour se souvenir de ce film, sorti en 1940 ... Inspiré par la pièce de Miklos Laszlo Parfumerie, de 1936, qui a connu de nombreuses adaptations au cinéma et au théâtre.

Décidément la piste est bonne puisque Delphine, au soir de ses fiançailles avec Jinan, entend plusieurs morceaux du groupe "Cornershop"... et ivre morte, se laisse raccompagner chez elle par Zaki. Heureusement, une amnésie pudique vient masquer ces errements.

La deuxième partie est plus profonde, car les personnages se libèrent et s'autorisent à briser leurs chaînes.

N'empêche, il est bien rare de voir aborder des questions aussi intimes avec autant de précision.

Allez-y, vous ne le regretterez pas.

Citations

"Dans ce monde, il n'y a que deux tragédies. La première est de ne pas obtenir ce que l'on veut, et la seconde est de l'obtenir". Oscar Wilde

Cela peut paraître un peu rapide. Roopa Farooki développe ce point de vue par la suite :

"J'ai eu une pensée pour Lucky qui réalisait ses rêves si jeune; c'était une tragédie inattendue que d'obtenir tout ce que l'on voulait, si tôt dans la vie: quelle cela lui laissait-il à ouvrir ?"

 Et une autre qui n'est pas dans le livre, celle de Freud pour qui "le bonheur naît de la réalisation d'un rêve d'enfant, c'est pourquoi l'argent en est absent."