Nature morte / Louise Penny / Actes Sud

Still Life, 2005 / En plein coeur / Flammarion Québec

Traduit de l'anglais canadien par Michel Saint-Germain


 

 Nature-morteLouise Penny

Née à Toronto en 1958, elle a longtemps travaillé comme journaliste à Radio-Canada, puis a renoncé à sa carrière sur les ondes après son mariage et se consacre à l'écriture.

Nature morte a remporté les prix les plus prestigieux, dont le Arthur Ellis du roman policier.

En 2009, le jury des Barry Awards l'a même désigné comme l'un des meilleurs romans policiers de la décennie. Comme plusieurs de ses personnages, Louise Penny habite les cantons-de-l'Est, non loin de Montréal.

Le point de vue des éditeurs

Un dimanche d'automne, le jour se lève sur le charmant village Québecois de Three Pines, et les maisons reprennent vie peu à peu. Toutes, sauf une ...

La découverte dans la forêt du cadavre de Jane Neal bouleverse les habitants de la petite communauté. Qui pouvait bien souhaiter la mort de cette enseignante à la retraite, peintre à ses heures, qui a vu grandir tous les enfants du village et dirigeait l'association de l'église anglicane ?

 Commentaires

Cela commence comme dans un jeu de société ("le loup-garou"), mais la lecture se révèle pleine de fraîcheur et de subtilité, parsemée d'observations précises et pertinentes : enfin un ton neuf, loin de la surenchère d'horreurs scandinaves, voici des personnages complexes, car même la policière débutante, pourtant désagréable et terriblement maladroite peut parfois raisonner juste.

C'est plein de remarques bien ajustées, à contre courant, qui font découvrir des québecois anglophones mais qui se sentent opprimés sur le plan linguistique, ou encore cette psychologue revenue du désir de soigner des gens qui ne souhaitent pas évoluer, ce qu'elle exprime par cette formule : " Vivre, c'est perdre ", des choses, des gens autour de soi, des illusions aussi...

Voici un remarquable premier roman, j'espère qu'il y en aura bien d'autres de la même veine.

 

Rendez vous ICI sur ce blog où le livre est beaucoup mieux présenté que je ne saurais le faire...