Les petits dieux / Terry Pratchett / L'Atalante, 1999 / Traduction Patrick Couton

Small Gods, 1992, Terry & Lyn Pratchett

 

 

pratchettterry Quatrième de couverture

Or il advint qu'en ce temps-là le grand dieu Om s'adressa à Frangin, l'élu : - " Psst ! "

Frangin s'arrêta au milieu d'un coup de binette et fit du regard le tour du jardin du temple : "Pardon ?" lança-t-il.

C'était une belle journée du printemps prime. Les moulins à prière tournaient joyeusement dans le vent qui tombait des montagnes. En altitude, un aigle solitaire décrivait des cercles.

Frangin haussa les épaules et retourna à ses melons.

Le grand dieu Om s'adressa derechef à Frangin, l'Elu :

" T'es sourd, mon gars? "

Une lourde responsabilité attend le jeune novice : prévenir une guerre sainte. Car il est des hérétiques, voyez vous, pour prétendre, contrairement au dogme de l'église, que le monde est plat et qu'il traverse l'univers sur le dos d'une immense tortue ...

 Les petits dieux

C'est le tome 13 des Annales du Disque Monde, un des plus jubilatoires, une description irrévérencieuse des mécanismes du pouvoir totalitaire.

Parfait manuel de "Philosophie" (qui ressemble parfois à de la Physique appliquée) et d'Athéisme, il raconte les aventures de Frangin, un benêt, novice affecté au jardin, qui se révèle au fil du récit le personnage le plus sensé et celui dont l'ethique est la plus intransigeante. C'est aussi un de ceux dont le nom n'est pas ridicule, parmi les "Honorbrachios" ou les "Tefervoir". J'ai bien envie de lire la version originale, pour voir les noms Anglais.

Au chapitre des personnages à facettes, voir aussi Lou-tsé, petit balayeur ignoré et méprisé, presque invisible, qui cache bien son jeu.

 Ce roman loufoque aborde sans avoir l'air d'y toucher des thèmes essentiels comme :

- La religion, et l'existence des dieux, fonction de la foi les concernant: il faut et il suffit pour exister qu'un dieu ait au moins une personne qui croie en lui

- L'obscurité de la religion, qui condamne ceux qui pensent que la terre est plate et portée par 4 éléphants sur une tortue, et plus généralement la réflexion, toujours dangereuse, les bibliothèques, sources de savoir inutile, la liberté et autres inventions humaines

- La tolérance à l'égard des autres religions, car il ne doit pas y avoir de place pourle doute et la faiblesse

- La liberté de croyance enfin, autre absurdité à éliminer comme ceux qui la soutiennent.

Au passage on reconnaît la grèce antique et ses philosophes, Archimède, Galilée (dont la phrase célèbre devient "la tortue se meut") puis les guerres de religions et l'inquisition, tristement célèbres, et ses émules au XXème siècle.

Donc quelques pistes de réflexion, ou plutôt des clins d'oeils, contribuant à donner un arrière plan intéressant à ce roman un tantinet loufoque.

Citation

Terry Pratchett n'hésite pas à se moquer du fonctionnement des démocraties:

"Les éphébiens croyaient que chaque homme devait avoir le droit de vote *. Tous les cinq ans, quelqu'un se faisait élire tyran, à condition de prouver qu'il était honnête, intelligent, raisonnable et digne de confiance. Aussitôt après son élection, bien entendu, tout le monde reconnaissait en lui un fou criminel complètement coupé des préoccuppations du pholosophe moyen en quête d'une serviette. Puis, cinq ans plus tard, on en élisait un autre tout pareil."

* Pourvuqu'il ne soit ni pauvre, ni étranger, ni déclaré inapte pour cause de folie, de frivolité ou parce qu'il était une femme.

On se demande où il va chercher tout ça ... Comment peut-on être Britannique ?

Conclusion

Un bon divertissement et en même temps un plaidoyer pour la tolérance et l'ouverture d'esprit, que demander de plus ?