Le retour du professeur de danse / Henning Mankell / Points


Ce roman, datant de 2000, traduit en Français en 2006, ne fait pas partie de la série Wallander, mais le personnage principal est plus "wallanderien" que nature, si possible. Sa quète de la vérité est un long pugatoire, une démarche personnelle et authentiquement thérapeutique: Mankell, le meilleur supporter de la thérapie par la parole, surprenant, non?

Le_retour_du_profLe mot de l'éditeur

Le jeune policier Stefan Lindmann est sous le choc: il vient d'apprendre qu'il a un cancer, et que son ancien collègue Herbert Molin a été torturé à mort. Pour tromper son angoisse, il part à l'autre bout de la Suède enquêter sur le meurtre de Molin.

Ce que j'en pense

Encore un excellent policier où le héros patauge dans les relents d'un passé pas très propre, et son travail d'enquêteur se confond avec un travail d'exhumation, de révélation des crimes anciens.

Ici, notre héros menacé dans sa vie même (du moins il  le croit) mène l'enquête de bout en bout alors que rien ne l'y oblige. Il est en arrêt de travail prolongé depuis l'annonce de sa maladie, en attendant le bilan et la mise en place du traitement.

Après une période d'errance alcoolique, incapable de s'étourdir, il comprend que tout vaut mieux que ruminer et tourner en rond.

Cela n'est pas sans risques bien entendu, mais cette longue démarche se révèle extraordinairement libératrice ("dans l'avion pour Gatwick, il se surprend à sourire. Depuis combien de temps n'avait-il pas souri?") au point que soulagé, libéré d'un passé immonde et pourtant très proche, libéré du non-dit, il retrouve toute son énergie et se dit qu'après tout il pourrait très bien guérir, et que sa petite tumeur de la langue n'est qu'une petite tumeur de rien du tout...

Voilà. Encore un bouquin éprouvant mais finalement optimiste, réconfortant.

Son message, s'il y en a un serait finalement qu'il n'y a pas de fatalité, et qu'on n'est pas obligé, mais alors pas du tout, de trimballer indéfiniment une culpabilité écrasante pour les fautes de nos aïeux, c'est quand même quelque chose, non?

Wikipedia signale que " La popularité du héros de Mankell est telle que le commissariat d'Ystad est devenu une attraction touristique, et reçoit la visite de touristes demandant à voir Kurt Wallander. " Cela peut paraître dérisoire , mais je trouve qu'ils ont bien raison. Henning Mankell est un auteur formidable et sa lecture devrait être remboursée par la sécurité sociale...